Les vieux sont-ils de grosses feignasses ?

Les vieux sont-ils de grosses feignasses ?

par -
0 1117
Groupe vieux feignasses

Ah la salope! Elle vient de vous doubler dans la file d’attente de la Poste ou du supermarché et en plus elle se retourne en vous lançant un regard de défi : « T’as quelque chose à redire ? ». Non il ne faut rien dire. Juste espérer qu’elle crève bientôt, dans un hospice délabré, seule et dans une flaque de merde froide. Je vous parais cruel ? Vous avez raison. Je suis désolé et je remercie par avance le personnel de la maison de retraite qui prendra soin de mes restes. Puissent-ils essuyer les traces d’excréments de mon visage inerte.

Cette petite introduction chamarrée aura permis aux plus subtils d’entre vous d’entrevoir le sujet du jour : les vieux sont-ils de grosses feignasses ?

Sujet épineux qui trop souvent est passé sous silence par les médias et Yann Barthès. Pourtant les faits sont là : ils sont de plus en plus nombreux, ils ont un train de vie qui rendrait jaloux un chômeur de longue durée, ils ne branlent rien de la journée, ils se shootent à l’oxygène pour planer pendant des heures et ils sèment la paniquent dans les rues à bord de leur petit bolide (j’ai opté pour un style enquête exclusive, ça fait plus sérieux). Les vieux ne sont décidément pas un exemple pour notre jeunesse et pourtant combien êtes-vous à n’avoir hâte que d’une chose, toucher votre retraite. Hou! Bandes d’enfoirés! Vous avez pas honte un peu. Dénigrer ainsi votre boulot alors qu’il y a des millions de demandeurs d’emplois qui seraient prêts à se priver de leur dose quotidienne de Motus dans l’unique but de faire un burn-out dû à un connard de patron. Vous êtes des monstres. Mais assez parlé de vous et reprenons.

Motus vieux feignasses

Donc vous voulez toucher votre retraite comme des grosses charognes. Mais il y a un hic. Vous le savez. Au fond de vous, vous le savez. Imaginez. Un petit grabataire. Il va chercher sa baguette. Il a 50m à faire de sa voiture à la boulangerie. Durée de l’opération : 15min. Il est essoufflé, en sueur mais son mouchoir est trop piti pour essuyer toutes les grosses gouttes qui coulent sur ses lunettes triple foyer. La seule autre créature à se comporter de la même façon est l’être humain de moins de cinquante ans porteur du virus de la grippe. Voilà le problème ! Vous l’obtiendrez finalement votre retraite, mais il ne faudra pas oublier qu’avec elle sera livrée l’impression constante d’avoir choppé le plus long rhume de votre vie. Et puis à quoi ça sert de repousser ce tour du monde à son soixante cinquième anniversaire (je dis ça mais pour la majorité d’entre vous ce sera plutôt le soixante quinzième) si c’est pour se retrouver, le jour J, perclus d’arthrite, la bite en berne avec sa ou son conjoint dans une urne. Beaucoup appellent cela l’ironie de la vie, les autres ne connaissent pas le sens du mot. Alors on est pris de pitié pour ce petit couple d’anciens qui oublient petit-à-petit les noms de leur progéniture, dont le moindre geste est une torture infâme et dont les bijoux de famille prennent la poussière. Leur vie est telle une intervention d’Olivier Minne : confuse et pénible.

Stop! Je vous le dis tout net : ceci est l’une des plus grandes machinations que le monde ait connue.

Les vieux pètent la forme. L’arthrite, les problèmes de vues, les courbatures, les soucis d’érection, les petits oublis, tout ça c’est de la foutaise, que dis-je, de la carambouille !

Vieux danse sans ses cannes

Il faut remonter en 1881 avant J.C pour retrouver la trace de cette incroyable intrigue. Le roi de Babylone d’alors, Sumu-La-El, doit faire face aux troubles qui rongent sa cité. Depuis quelques temps les soldats ne veulent plus partir à la guerre. Dès qu’ils partent en campagne les vieux en profitent pour piquer leur femme. Et imaginer sa bien-aimée se faire tringler par une vieille carne c’est vraiment pas encourageant quand t’es en train de te prendre des flèches dans la gueule. Sumu-La-El doit donc trouver une solution s’il ne veut pas aller guerroyer tout seul comme un con. Il décide alors de réunir les représentants des deux parties et d’écouter leurs complaintes. Les soldats déclarent que si les vieux ont assez d’énergie pour courir après leur compagnes, ils en ont aussi assez pour aller les défendre sur le champ de bataille. Impensable, s’écrit l’ancien, il y a bien longtemps que lui et ses pairs ont gagné, avec leur sueur et leur sang, le droit de ne plus rien branler. Le roi écoute longtemps ses deux sujets se foutre sur la tronche, puis il en a marre. Il improvise et sans le savoir il donne naissance à un des plus fabuleux complot de l’histoire de l’humanité. Il décrète que tout individu qui a assez travaillé au cours de sa vie, a le droit de ne plus exercer son métier et de couler des jours paisibles…mais seulement si, par égard pour ceux qui continuent à exercer leur profession, il se comporte vénérablement, et cela jusqu’à simuler l’affliction et la sénilité. Le jeune accepte. Le vieux hésite un instant. Ne plus jamais rien foutre ou tirer un coup occasionnellement avec une jeunette. Dilemme.

Vieux attaque jeune au marteau

Finalement, ce vieux sage dont le nom a été effacé par le temps, a pris une décision. Et il a fait le bon choix. Depuis lors la cité de Babylone a disparu, mais les vieux se sont donnés le mot : « si tu veux finir tes jours tranquille, tu te la mets derrière l’oreille… et hésite pas à te chier dessus ». Ils taisent désormais ce secret aux plus jeunes, jusqu’à ce qu’un jour, eux aussi arrêtent de bosser comme des chiens.

Vous reconnaitrez donc que les vieux sont de sacrées feignasses, voir des feignasses sacrées. Ils descendent de la plus longue tradition de flemmards et nous nous devons de les respecter. Pas parce que nous les rejoindrons prochainement, mais parce ce que chaque jour ils se plient en quatre pour nous faire croire que leur vie est un supplice. Cela mérite bien un petit resquillage dans les files d’attente de temps en temps.

Vieux monsieur fait un pouce